Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Robin Hobb - L'Assassin Royal 1 : L'apprenti assassin

September 29 2012 , Written by Black Butterfly Published on #Fantasy

Robin Hobb - L'Assassin Royal 1 : L'apprenti assassin

Résumé de l'éditeur

Lorsque le jeune Fitz est conduit à la cour des Six-Duchés, il ne sait pas encore que sa vie - et celle du royaume tout entier - va s'en trouver bouleversée. Le roi-servant Chevalerie, père de cet enfant illégitime, devra renoncer au trône pour ne pas entacher la réputation de la famille royale... Et nombreux sont les prétendants à la succession... Fitz se retrouve isolé au centre d'un univers qu'il ne connaît pas. En quoi le Vif, cette étrange magie qu'il découvre et qui lui permet de communiquer avec les animaux, est-elle si dangereuse ? Et pour quelle raison le roi Subtil fait-il appel à lui pour lui enseigner une forme étrange de diplomatie : l'art de tuer ? Poisons, magies et lames effilées vont bien vite devenir le quotidien du jeune bâtard princier...

Mon avis

Alors, je vais y aller directement : j'ai adoré ce livre (et tous les autres).

Tout d'abord, le style de l'auteure, Robin Hobb, est très agréable à lire (elle utilise plein de point virgule, et moi, j'aime les points virgule. Plus personne n'utilise ça et je trouve ça vachement dommage, c'est joli et puis c'est utile comme symbole de ponctuation), bref. L'histoire est en je, ce qui donne lieu de longues explications sur les ressentis du personnage, mais qui permet en même temps de comprendre plus facilement certains points.

J'avais acheté le premier tome sur le conseil d'une amie (qui a lu les treize, ce qui n'est pas (encore) mon cas) et elle avait dit que c'était vraiment génial, du coup, dès que je l'ai eu entre les mains, je n'ai eu qu'une idée : le lire. Le premier tome est gros (669 pages seulement, en fait, mais les feuilles sont épaisses.) Cependant, je n'ai pas vu le temps passer, j'ai été littéralement happée dans l'histoire. Dès que j'ai plongé dedans, les petites intrigues de la cour ont été ce qui comptait le plus à mes yeux pendant tout le temps qu'il m'a fallu pour le lire.

Fitz est donc le fils illégitime d'un prince, ce qui forcément lui attire tous les regards, et est élevé par le bourru maître des écuries, Burrich. (bourru, Burrich... :) ) Il possède deux magies bien distinctes l'une de l'autre : l'Art, (qui se distingue ne serait-ce que par son nom) perçu comme noble, héritage de son père et donc de la famille royale, et le Vif, "magie des Bêtes" héritage de sa mère. Il développe naturellement le vif (qui lui permet de nouer des relations avec les animaux plus facilement que n'importe qui d'autre) mais doit le cacher car cela est considéré comme un genre de sorcellerie...

Le roi, sous son apparence de "bon vieux grand-père" veut en fait faire de lui son homme-lige, ce qui le poussera à consentir à des sacrifices qu'il n'aurait jamais soupçonnés...

Ce qui est vraiment bien, c'est que chaque personnage a une motivation propre et fait tout pour parvenir à ses fins, que ce soit servir son prince où ennuyer les Six-Duchés. Comme les Pirates rougezs, les ennemis extérieurs. La cour est très hiérarchisée, mais en sa qualité de Bâtard, Fitz peut discuter avec le roi comme avec la cuisinière. J'ai beaucoup aimé aussi les intrigues politiques, vu que j'adore ça en général, et que dans ce livre c'est vraiment bien mené. Les personnages sont nombreux, mais bien introduits à chaque fois, et il m'a été tès facile de m'en constituer une image physique et mentale.

Chaque chapitre est introduit par un court passage de l'histoire des Six-Duchés, qui est souvent en rapport avec ce qui se passe dans le chapitre-même.

J'ai par contre été décue sur un point : le deuxième tome est beaucoup plus mince !

Share this post

Comment on this post